La nouvelle ère des dividendes écologiques

Vendredi 6 janvier, Pascal Demurger, DG du groupe MAIF et Nicolas Théry, président du Crédit Mutuel Alliance Fédérale ont signé de concert une tribune chez nos confrères de l’Opinion afin d’ « encourager la généralisation du dividende sociétal et écologique ».

La veille de cette publication, le Crédit Mutuel AF annonçait créer un dividende sociétal afin d’affecter chaque année 15% de son résultat net à la transition écologique et sociale, soit 500 millions d’euros en 2023 (0,5 % de son chiffre d’affaires) dédié à la lutte contre le changement climatique. Le même jour, MAIF révélait sa décision d’allouer désormais 10 % des dividendes annuels de la mutuelle, soit 10 millions d’euros pour 2022, pour soutenir des projets de solidarité climatique et de régénération de la biodiversité.

Alexandre Poidatz, chargé de playdoyer climat et finance chez Oxfam France, s’en félicite publiquement sur les réseaux sociaux (et on le comprend), rappelant que l’ONG promeut depuis longtemps une meilleure distribution des richesses créées par les entreprises. « Nous avions ainsi calculé que si l’on avait plafonné la part des bénéfices versés aux actionnaires du CAC 40 en 2018 à 30%, cela aurait permis de couvrir 98% des besoins en investissement dans la transition écologique des entreprises du CAC40 », précise-t-il.

Sur les traces d’Yvon Chouinard de Patagonia outre-Atlantique, il semblerait que les dirigeants se tournent de plus en plus vers des fondations actionnaires. Il en existe en trentaine en France. C’est Pierre Fabre qui a initié le mouvement en 2008 en étant le premier industriel à avoir donné la majorité des parts de son entreprise à sa fondation. « Une dizaine d’entreprises sont en chemin. La dynamique s’accélère ​», souligne dans Les Echos Virginie Seghers, qui les accompagne dans cette démarche au sein du cabinet spécialisé Prophil​. C’est une nouvelle ère – plus qu’une mode – qui s’ouvre aux dividendes écologiques au service du bien commun. Et c’est tout sauf du greenwashing. Alors, qui seront les prochain(e)s dirigeant(e)s à suivre le mouvement ?

Emilie Kovacs
Emilie Kovacs
Rédactrice en chef de The Good, est tombée dans la marmite du développement durable il y a une dizaine d'année. Cette journaliste d'origine hongroise aime mettre en lumière les acteurs et actions à impact, celles et ceux qui font plutôt que celles et ceux qui disent, les solutions plutôt que les critiques. Eternelle optimiste, elle est convaincue que l'être humain pourra se sortir du pétrin écologique dans lequel il s'est fourré. #Team beurre demi-sel, coquillages et crustacés !

Dernières publications

En Egypte, les start-ups vertes s’attaquent au fléau du plastique

(contenu abonné) En Egypte, premier pollueur au plastique du Moyen-Orient et d'Afrique, de jeunes entrepreneurs tentent de transformer les millions de tonnes de plastique qui inondent le Nil, la Méditerranée et les décharges à ciel ouvert.

#GoodBook La fin des haricots ? Le réveil écologique c’est maintenant” de Thomas Guénolé publié le 2 février 2023 aux éditions Plon.

L’auteur est politologue et conseiller politique. Intellectuel engagé, il enseigne le changement climatique à l’IÉSEG School of Management.

CMA CGM cherche des start-up pour décarboner le transport maritime

L'armateur CMA CGM a annoncé lundi le lancement d'un appel à projets destiné aux "start-up et entreprises développant des solutions concrètes" et doté de 200 millions d'euros, pour accélérer la décarbonation de la filière maritime française.

Pour réussir la transition énergétique, plus de 60 milliards supplémentaires par an sont nécessaires (Bruno Le Maire)

Pour réussir la transition énergétique, "60 à 70 milliards d'euros supplémentaires par an" sont nécessaires, a chiffré le ministre de l'Economie Bruno Le Maire dans une interview au Journal du Dimanche (JDD).

Châteauform’ et Green Evénements proposent un livre blanc sur les « 13 mesures pour un événement LEAD à ambition durable »

Ce livre blanc est à destination des organisateurs d’événements qui donne des conseils concrets et mesurables pour créer des événements véritablement responsables.