J’ai plié la grand voile 

Le skipper français Stanislas Thuret vient d’annoncer le 15 février qu’il arrêtait la course au large pour des raisons écologiques. Il explique dans un long post publié sur le réseau social Linkedin qu’en 2023, « la manière de vivre de la course au large et la compétition sont incompatibles avec l’urgence climatique et l’effondrement de la biodiversité ». Or son discours -façonné comme une lettre d’adieu- symbolise celui des jeunes générations démissionnaires de notre vieux modèle économique capitaliste individualiste.  

Il explique n’avoir « plus envie de compétition sans limite à la performance. Car c’est un non-sens total. Car le prix à payer est lourd ». Il ajoute ne plus vouloir « être tiraillé entre dire qu’il faut changer et changer moi-même ». Il raconte que depuis trois ans et son engagement au sein de l’association La Vague -dont la mission est de rendre la voile de compétition plus durable au niveau environnemental et sociétal- il fait face à « une vérité scientifique dure à entendre et à comprendre. On ne va pas dans la bonne direction ».  

Il pointe la définition du bonheur qui n’est pas celle « que l’on veut nous vendre artistiquement, sportivement, économiquement et socialement depuis qu’on est tout petit. » Stanislas Thuret sait que les solutions sont à sa portée : « A nous de réinventer de la joie, de la vie et du collectif », rappelant que nous avons deux choix, « casser le futur ou commencer à le réparer », lui qui vogue désormais sur l’envie de « faire mieux, avec moins, ensemble ».  

Stanislas Thuret finit par rappeler que l’art et la culture sont des vecteurs puissants pour forger les imaginaires de demain et que l’on devrait tou-te-s œuvrer aujourd’hui à construire notre futur désirable. 

Emilie Kovacs
Emilie Kovacs
Rédactrice en chef de The Good, est tombée dans la marmite du développement durable il y a une quinzaine d'année. Cette journaliste d'origine hongroise aime mettre en lumière les acteurs et actions à impact, celles et ceux qui font plutôt que celles et ceux qui disent, les solutions plutôt que les critiques. Eternelle optimiste, elle est convaincue que l'être humain pourra se sortir du pétrin écologique dans lequel il s'est fourré. #Team beurre demi-sel, coquillages et crustacés !

Dernières publications

Contre la désertification, l’Irak veut planter cinq millions d’arbres

(contenu abonné) Le Premier ministre irakien a dévoilé le 12 mars à Bassora (sud) une campagne visant à planter cinq millions d'arbres pour contrer une désertification galopante et les tempêtes de sable dans

Grenoble Alpes Métropole se dote d’un site web écoconçu

(contenu abonné) Un projet de plus d’un an qui aboutit sur un tout nouvel environnement numérique pensé par et pour les habitants et usagers de la métropole de Grenoble.

Comment Iso&Face favorise l’égalité Femmes-Hommes dans le BTP

(contenu abonné) Iso&Face veut lutter contre les préjugés et notamment ceux qui interdiraient à toute femme de rejoindre le secteur du BTP. Pour cela, la PME a diffusé le témoignage de l’une de ses collaboratrices. Son inclusion n’est

« Plus de prisons n’est pas la solution », Isabelle Verracchia (Fondation M6)

(contenu abonné) Isabelle Verracchia est directrice de l'Engagement du Groupe M6 et déléguée générale de la Fondation M6 dédiée à la réinsertion socioprofessionnelle des personnes ayant connu un épisode carcéral. Elle travaille en étroite collaboration avec ...

Lancement des « Écoles des réseaux pour la transition énergétique »

Les acteurs de la filière des réseaux électriques Enedis, RTE, FNTP, SERCE, SNER, GIMELEC, SYCABEL ont signé une Convention de partenariat portant sur la création d’un programme de formation inédit.