Greenwashing : les secteurs de l’énergie et de la banque concentrent la moitié des conversations 

Twitter et les médias en ligne rassemblent 80% des conversations sur le greenwashing selon une étude Onclusive réalisée en France, Grande Bretagne, Allemagne, Italie et Espagne. 

D’après le rapport* « Comment bâtir sa réputation et éviter le greenwashing » d’Onclusive, expert de la veille médias, les secteurs d’activité les plus enclins à faire du greenwashing dans les médias en ligne et les réseaux sociaux sont l’énergie et la banque. Selon cette étude publiée le 3 février, ces deux secteurs concentrent à eux seuls la moitié des conversations en ligne à ce sujet dans les réseaux sociaux et médias français, allemands, anglais, italiens et espagnols. 

D’autres secteurs, tels que la distribution ou encore le secteur de l’alimentaire, sont eux aussi régulièrement passés au crible, chacun représentant environ 15 % des mentions liées au greenwashing dans les médias en ligne et sur les réseaux sociaux. À l’inverse, les secteurs les moins concernés par le greenwashing sont le tourisme, l’immobilier et la construction.  

D’après le rapport d’Onclusive, le greenwashing naît généralement sur les réseaux sociaux, principalement sur Twitter, avant d’être repris par la presse online. Twitter et les médias online concentrent ainsi 80 % des conversations sur le greenwashing.En revanche, les autres réseaux sociaux sont très peu impactés par le greenwashing. D’après l’analyse d’Onclusive, seules 9 % de ces conversations se déroulent sur LinkedIn. Quant à Instagram et Facebook, ils en enregistrent moins de 3 %, et ce taux devient négligeable sur les blogs et les vidéos.  

« Dans les contenus médiatiques, les enjeux climatiques sont désormais connectés aux sujets de société et irriguent le discours. Dans ce contexte, les organisations vertueuses ou tâchant de l’être pourraient communiquer, d’autant qu’à l’avenir elles vont probablement devoir rendre publics des indicateurs nouveaux, non financiers, en matière de pression environnementale », indique Sonia Metché, directrice des études d’Onclusive France. 

Le rapport intégral peut être consulté ici. 

*Méthodologie de l’étude : L’analyse Onclusive s’appuie sur le volume de mentions du mot clé “greenwashing” lié à certaines des plus grandes entreprises mondiales dans les médias des pays suivants : Grande-Bretagne, France, Allemagne, Italie, Espagne. Cette analyse a été effectuée sur ces trois dernières années afin de comprendre comment les conversations en ligne ont évolué. 

Dernières publications

“L’entreprise fraternelle, levier du monde complexe”, Marion Darrieutort et Julien Brézun (Entreprises & Progrès)

Ouverture, altruisme, et politique, voilà quels pourraient être les piliers d’une entreprise du XXIe siècle dans laquelle les Français, mais plus largement les Européens ont confiance pour créer du lien.

Palmarès de la 12ème cérémonie des Margaret

Le 11 mars, la JFD et ses partenaires ont révélé les lauréates de la promotion “Championing Women” du Prix les Margaret, au cours d’une cérémonie exceptionnelle chez Bpifrance, réunissant des personnalités incontournables de l’économie et de la tech internationale. 

Le groupe Bel s’engage pour la restauration des tourbières du massif du Jura

Le groupe Bel annonce un partenariat pionnier avec le Conservatoire d’espaces naturels (CEN) de Franche-Comté et les Établissement Public d’Aménagement et de Gestion de l’Eau (EPAGE) Haut-Doubs Haute-Loue et Doubs-Dessoubre pour restaurer plus de 40 tourbières du massif du Jura sur les six prochaines années.

Amazon inaugure son premier pôle dédié à l’aide aux victimes de catastrophes naturelles en Europe

Amazon inaugure son premier pôle dédié à l’aide aux victimes de catastrophes naturelles en Europe

Le baromètre Ademe-ObSoCo se penche sur les sobriétés et modes de vie des Français

L’ADEME et l’ObSoCo publient un nouveau baromètre intitulé « Sobriétés et modes de vie », afin de mieux appréhender les pratiques et représentations des Français sur ce sujet, ainsi que les conditions de mise en œuvre de démarches collectives et individuelles de sobriété et les incidences sur les différents publics.