Finance verte, investissement responsable : le nouveau credo du capital risque

Dans le flux continu de nouvelles peu réjouissantes qui font de 2020 une année cacophonique, un signal faible retient notre attention. A en croire les annonces d’investissements faramineux en cascade, il semblerait qu’un marché luxuriant obtienne de plus en plus les faveurs des gros portefeuilles. Lequel est-il ? Le Good, assurément. 

Après Marie Ekland, figure de proue du capital-risque français spécialisée dans le financement de start-up, cofondatrice du fonds d’investissement Daphni et désormais à la tête du projet 2050, c’est au tour de Xavier Niel, Matthieu Pigasse et Moez-Alexandre Zouari d’annoncer la création de 2MX Organic, une société qui réalisera des acquisitions dans la production et la distribution de biens de consommations durables. L’ambition est de devenir leader européen de la consommation responsable en inventant le marché de la distribution de demain. Pour ce faire, une levée de fonds de 250 millions est envisagée avec une clause d’extension à 300 millions.

Au regard du parcours de Marie Ekland, rien de surprenant. L’entrepreneuse de la French Tech a toujours 

eu l’intention d’investir son temps comme son argent dans des projets porteurs de sens. 

Mais quand on voit Arthur Auboeuf et ses 5 cofondateurs lever 1 milliard d’euros pour sauver la planète en lançant Time For The Planet, on se réjouit. Pourquoi ? Parce que cela montre bien que les curseurs du rentable se déplacent et répondent positivement à la question que la rédaction se pose depuis un moment : le capitalisme responsable est-il possible ? 

Loin d’être les mécènes d’un nouveau monde, ces investisseurs agiles et stratégiques savent où capitaliser : là où l’avenir est. Après la conquête du numérique et de l’espace, celle du Good ? 

Camille Lingre
Rédactrice en Chef The Good. Diplômée d’un Master en communication et journalisme, elle commence en agence de publicité chez DDB Paris puis intègre la rédaction d’INfluencia en 2017 et passe rédactrice en chef adjointe en 2020. Passionnée de littérature et engagée dans les luttes pour la justice sociale et la reconnaissance des minorités, elle est co-fondatrice d’une club de lecture et podcast féministe et membre de l’association de journalistes AJL.

Dernières publications

Où en est-on de la transition agricole ?

L’annonce du report du Salon International de l’Agriculture 2021 donne à penser. Quelles sont les priorités sur ce sujet et les initiatives naissantes ? Un petit état des lieux de la transition agricole s’impose.

Focus 2030 : “Les entreprises ont un rôle prépondérant dans la transmission des normes sociales et une responsabilité colossale en la matière”

Face aux ambitieux Objectifs de Développement Durable impulsés par les Nations Unies, l’association Focus 2030 sort l’artillerie lourde. Avec pour mission d’accompagner les acteurs de la solidarité internationale vers la réalisation de ces objectifs, l’association française mêle production de données et d’analyses, allocation de subventions via un Fonds de réaction rapide, et animation de groupes de travail multi-acteurs. Rencontre avec Fabrice Ferrier, directeur de Focus 2030.

Demain, la réparation sera-t-elle un droit ?

En Norvège l’association Restarters Norway se bat pour un droit à la réparation ou à la “réparabilité”, un sujet sur lequel la France fait plutôt figure de bon élève... Mais en quoi consiste ce concept clé de l’économie circulaire ?

Emery Jacquillat (PDG de Camif) : « Le renoncement d’aujourd’hui est le profit de demain »

En 2020, 88 entreprises sont devenues sociétés à mission et 10 000 pourraient faire évoluer leurs statuts d’ici 2025. Nous rencontrons Emery Jacquillat, Président de La Communauté des Entreprises à Mission et PDG de Camif, pour une analyse des résultats du tout premier Observatoire des Sociétés à Mission.

Semaine de 4 jours, une utopie, mais pour qui ?

À en croire la multiplication des entreprises se lançant dans ce nouveau format de cadre salarial, il semblerait que travailler moins ne soit pas qu’un avantage pour les salariés. Une fois de plus, les chiffres et engagements en cascades démontrent que la transition sociale et solidaire peut se conjuguer durablement avec la performance économique des entreprises. Pour mieux comprendre ces enjeux, l’importance et les avantages d’une transition des entreprises en interne, nous rencontrons les dirigeants de Welcome to the Jungle et l’agence YZ, deux acteurs qui ont décidé de sauter le pas et d’adopter la semaine de 4 jours.