Finance verte, investissement responsable : le nouveau credo du capital risque

Dans le flux continu de nouvelles peu réjouissantes qui font de 2020 une année cacophonique, un signal faible retient notre attention. A en croire les annonces d’investissements faramineux en cascade, il semblerait qu’un marché luxuriant obtienne de plus en plus les faveurs des gros portefeuilles. Lequel est-il ? Le Good, assurément. 

Après Marie Ekland, figure de proue du capital-risque français spécialisée dans le financement de start-up, cofondatrice du fonds d’investissement Daphni et désormais à la tête du projet 2050, c’est au tour de Xavier Niel, Matthieu Pigasse et Moez-Alexandre Zouari d’annoncer la création de 2MX Organic, une société qui réalisera des acquisitions dans la production et la distribution de biens de consommations durables. L’ambition est de devenir leader européen de la consommation responsable en inventant le marché de la distribution de demain. Pour ce faire, une levée de fonds de 250 millions est envisagée avec une clause d’extension à 300 millions.

Au regard du parcours de Marie Ekland, rien de surprenant. L’entrepreneuse de la French Tech a toujours 

eu l’intention d’investir son temps comme son argent dans des projets porteurs de sens. 

Mais quand on voit Arthur Auboeuf et ses 5 cofondateurs lever 1 milliard d’euros pour sauver la planète en lançant Time For The Planet, on se réjouit. Pourquoi ? Parce que cela montre bien que les curseurs du rentable se déplacent et répondent positivement à la question que la rédaction se pose depuis un moment : le capitalisme responsable est-il possible ? 

Loin d’être les mécènes d’un nouveau monde, ces investisseurs agiles et stratégiques savent où capitaliser : là où l’avenir est. Après la conquête du numérique et de l’espace, celle du Good ? 

Dernières publications

Agissons aujourd’hui pour construire ensemble l’aide alimentaire de demain

Inflation, crise sanitaire et de l’énergie, prévision de croissance revue à la baisse pour 2022… Cette situation économique et sociale dégradée impacte l’ensemble des Français, mais pèse davantage encore sur les populations fragiles. Certains...

Mon Petit Placement lance le premier placement labellisé GREENFIN

64% des Français qui souhaitent investir de manière plus responsable, cherchent à donner un sens à la gestion de leurs finances personnelles. Le green semble être la solution la plus appréciée. La fintech lyonnaise...

The Big Green, le rendez-vous d’affaires de l’économie solidaire et innovante

Du 12 au 14 octobre à l’Hôtel Royal Barrière situé à Deauville, le Groupe Meet&Com organise la seconde édition du salon The Big Green qui rassemble les acteurs B to B de la Responsabilité Sociale et Environnementale. Pendant 48 heures, 150 directeurs RSE, DRH de grands groupes, Office managers et CHO parleront solutions, retours d’expériences et bonnes pratiques pour faire bouger les lignes ! The Good est partenaire média de l’événement.

3 scénarios pour l’avenir économique des PME

Les TPE/PME/ETI indépendantes fabriquant les produits de grande consommation sont recherchées et privilégiées par les consommateurs et les citoyens. Ces PME des Territoires, locales (250 000 emplois directs) et industrielles (33 000 sites de production en France), sont aussi garantes de la souveraineté économique et alimentaire et de la transition écologique de l’Hexagone. Toutefois, en dépit de leur dynamisme, leur développement est aujourd’hui entravé par une réglementation pensée pour les multinationales. Un combat de David contre Goliath qui met à mal leur compétitivité et leur pérennité. Fort heureusement, il est encore temps d’agir ! Le quinquennat qui s’ouvre est décisif pour ces entreprises et donc pour l’avenir de la France.

L’Oréal soutient des start-ups fondées par des femmes

Le leader mondial de la beauté annonce le lancement de BOLD Female Founders, une initiative destinée à soutenir des start-ups dirigées par des femmes. L’Oréal se mobilise pour promouvoir le rôle des femmes au...