Est-ce que la réussite des entreprises peut-elle être sobre ? Salomé (Drive tout Nu) et Jean-Thierry Winstel (Bioviva)

Ces deux tribunes découlent des Universités de l’Economie de Demain, organisées par le Mouvement Impact France, qui se sont déroulées à Montpellier le 18 octobre dernier.

Salomé Géraud – Co-fondatrice du Drive Tout Nu

Non seulement elle le peut, mais surtout elle le doit ! Toutes les études scientifiques sur l’état de nos ressources naturelles et sur le réchauffement climatique sont unanimes : il nous faut agir rapidement. Il est donc souhaitable de passer d’une sobriété que nous finirons par subir si nous ne réagissons pas, à une sobriété choisie ! Notre rôle en tant qu’entrepreneurs, c’est d’être orienté solutions. Cela vaut pour notre quotidien avec nos équipes. Mais cela est valable aussi quand il s’agit d’inventer, d’incarner de nouveaux modèles, de nouveaux modes d’agir. En tant que petites entreprises, plus agiles face aux paquebots que sont les grands groupes, nous avons la responsabilité de démontrer qu’il est tout à fait possible d’allier performance économique et performance écologique et sociale. Par exemple, nous devons raconter une nouvelle histoire. Celles d’entreprises au sein desquelles les objectifs économiques sont nativement au service des objectifs d’impact. Chez Le Drive tout nu, comme chez bien d’autres entreprises du Mouvement Impact France, la sobriété, la réutilisation, l’économie circulaire et locale, la transparence sont au cœur même du modèle. Nous proposons un récit au sein duquel la sobriété n’est pas que regardée au prisme de la contrainte, du manque. Il est temps de rappeler que la sobriété, ce n’est pas toujours « moins de », cela peut être aussi « plus de » justice sociale, « plus de » justice environnementale, « plus » d’impact, « plus » de partage de la valeur. Il faut changer de narratif sur la sobriété pour embarquer les citoyens, les consommateurs, mais aussi les talents de demain dans ce mouvement et générer ce point de bascule vers une économie plus juste.

De plus, la sobriété d’une entreprise s’interroge aussi à l’aune de la répartition des richesses produites. Une entreprise sobre, c’est aussi une entreprise qui partage la création de valeur avec ses salariés. En ce sens, l’encadrement des écarts de rémunérations entre salariés et dirigeants, les mécanismes de participation des salariés à l’actionnariat et d’intéressement aux résultats de l’entreprise sont de formidables modèles pour remettre du sens dans la distribution des richesses !

Mais si le rôle des entreprises de l’Économie sociale et solidaire est absolument fondamental, celui des pouvoirs publics ne l’est pas moins. Pour que la réussite des entreprises soit sobre, il est important que la fiscalité soit modulée selon le degré d’engagement des entreprises et que l’investissement public soit fléché vers les entreprises à impact. Au regard de l’urgence, c’est aussi à l’État de mettre en place les bons mécanismes pour inciter les entreprises et leurs dirigeants au changement et ainsi rendre la sobriété attractive. A l’inverse, il faut du courage politique pour condamner et faire évoluer les pratiques des entreprises dont l’impact carbone est absolument désastreux pour notre planète. Enfin, le monde de la finance, lui aussi, doit devenir un allié de cette transition vers une économie plus sobre, en orientant massivement ses investissements vers des entreprises à impact. La notion même de valorisation d’une entreprise doit être réinterrogée. Encore aujourd’hui, quand une entreprise à impact lève des fonds, les critères de valorisation retenus ne sont pas ses externalités positives ou ses indicateurs d’impact, mais bel et bien les critères de chiffres d’affaires et EBE projetés. C’est un changement de paradigme total qui doit s’opérer si l’on souhaite évoluer vers une économie plus sobre.

Jean-Thierry Winstel – Fondateur de Bioviva

Personnellement, je pense que oui et je dirais même que c’est une obligation.

Selon moi, le terme « sobriété » est particulièrement rude. En même temps, ce qui est certain, c’est que nous devons réussir à faire plus, mais avec moins. Il faut donc être efficient. Par ailleurs, dans un monde fini, on ne peut pas observer une croissance infinie, cela ne fonctionnera jamais. Donc, l’entreprise doit provoquer sa révolution interne, en créant de la richesse globale et non plus seulement financière, en favorisant à la fois le progrès social, la préservation de l’environnement et la performance économique.

Pour qu’une entreprise tende vers la sobriété, elle doit prendre des risques. Dans le mot sobriété, on entend faire des économies sur les matières premières, mais aussi faire des choix stratégiques, orienté vers une croissance responsable, en décidant par exemple d’arrêter certains produits très impactant, voire en réduisant progressivement son chiffre d’affaires toxique, auprès d’entreprises avec lesquelles on ne partage pas les valeurs. Certaines activités n’ont plus lieu d’être. Il faut donc refuser d’y prendre part et ce, malgré les sollicitations et le fait que la concurrence fasse parfois fi de ces impacts négatifs.

La sobriété signifie également qu’une vraie culture d’entreprise doit être élaborée. La question d’un partage équitable mais raisonné de la valeur, au sein de cette même société, se pose alors. Cette problématique autour de la valeur est complexe puisque chaque collaborateur aura une perception différente sur la valeur, le salariat, l’entreprise ou bien encore sur l’entrepreneuriat. Nous n’avons plus le choix et devons tendre vers la sobriété et donc, vers d’autres modèles économiques, afin de proposer un avenir désirable aux générations futures. 

Dernières publications

Les entreprises françaises en tête de la liste des leaders environnementaux européens du CDP

147 entreprises européennes sont passées à la loupe de l’organisme à but non lucratif CDP, qui gère le système mondial de divulgation des données environnementales pour les entreprises, les villes, les États et les régions.

L’association Climate Chance publie le Bilan mondial 2022 de l’action climat par secteur

Le but du rapport : nourrir les négociations et de montrer la puissance d’action des acteurs non-étatiques et l’immensité du chemin qu’il reste à accomplir pour stabiliser les émissions.

Les dessous des nouvelles normes comptables extra-financières

Hourra ! La directive CSRD (Corporate Sustainable Reporting Directive) a bien été votée le 10 novembre dernier par les députés européens. Un progrès pour la transition écologique européenne grâce à des nouvelles normes extra-financières exigées des entreprises, mais pourtant malmené par un organisme indépendant transatlantique…

Positive Workplace met à disposition de tous et gratuitement ses référentiels RSE 

Positive Workplace, le label RSE Made In France met à disposition gratuitement ses référentiels RSE à destination de tous les types de structures (TPE/PME, ETI, Grandes entreprises et ONG). Ils ont vocation à être utilisés par tous pour structurer et guider les actions de démarches RSE.

MAIF et CAMIF unissent leurs forces au service du Good !

À partir de janvier 2022, MAIF devient actionnaire majoritaire de CAMIF (à hauteur de 82%) pour renforcer les capacités de développement de cette dernière et poursuivre sa dynamique de croissance. C’est le rapprochement de deux entreprises historiquement engagées en faveur d’un impact positif et du bien commun, au service d’une consommation plus responsable et durable.