Ensemble, c’est tout

Convaincue que l’union fait la force, la rédaction de The Good s’associe à 3 initiatives avec un seul objectif : accélérer le changement! . Au programme, 3 partenariats : avec Change Now pour sa 4è édition, avec l’Agence Change Cà l’occasion de la parution de  son 5ème Benevolence Index et une formation co-produite avec l’agence .YZ et Return for Society.

 Face à l’urgence climatique, à une économie capitaliste à la logique désuète, et aux solutions insuffisantes des institutions et politiques publiques, The Good s’est donné pour mission d’accompagner les décideurs dans la transformation écologique, sociale et sociétale de leurs activités. Convaincus de la nécessité de concilier la parole (les idées) et les actes, nous soutenons ceux qui mettent en place des initiatives concrètes au service d’impacts positifs pour nos ressources naturelles et humaines. 

Nous sommes enthousiastes et fiers d’annoncer aujourd’hui 3 partenariats avec des acteurs du changement. 

Tout d’abord, The Good sera partenaire Media de Change Now. Change Now appelle depuis 4 ans à la coalition et à l’innovation pourfaire converger nos réflexions et nos talents et  décupler leur impact de manière durable.

Initié par Santiago Lefebvre, Rose-May Lucotte et Kevin Tayebaly, cet événement d’envergure prévoit, du 27 au 30 mai 2021, une 4ème édition digitale diffusée partout dans le monde depuis Paris. Solutions et entreprises à impact, scientifiques, politiques, chercheur-euses, activistes, créateur-ces, communicant-es, associations : i-els feront le point sur l’avancée de nos économies en marche vers une transition écologique, sociale et solidaire. À ne manquer sous aucun prétexte.

Pour patienter jusqu’à l’événement et parce que les initiatives et solutions du Good y sont riches et enthousiasmantes, la rubrique Good Pouce de notre site sera désormais dédiée à la présentation des pépites à impact repérées par Change Now. 

Et parce que la changement doit se faire de toutes parts, The Good s’engage également aux côtés de Change. Depuis cinq ans, « l’agence de la bénévolence » propose en collaboration avec BVA, le Benevolence Index. L’idée : comprendre comment faire résonner sa marque avec les notions de responsabilité et d’utilité. Via une série d’interviews des entreprises lauréates de cette 5ème édition, la rédaction s’attachera à en tirer les Key Learnings. 

Enfin, parce que le changement vient en apprenant, nous lançons en partenariat avec .YZ et Return for Society, une formation exclusive dédiée aux managers qui veulent porter la transformation au sein de leur entreprise. 

Stay tuned ! 

Camille Lingre
Journaliste, ex rédac chef de The Good. Diplômée d’un Master en communication et journalisme, elle commence en agence de publicité chez DDB Paris puis intègre la rédaction d’INfluencia en 2017 et passe rédactrice en chef de The Good à son lanncement. Passionnée de littérature et engagée dans les luttes pour la justice sociale et la reconnaissance des minorités, elle est quitte en mai 2021 sa fonction de rédactrice en chef pour se consacrer au lancement de sa librairie.

Dernières publications

Good People de la semaine du 23/02

- Groupe Korian : Virginie Masurel nommée Directrice de la RSE - Ecotone : Emilie Lowenbach promue directrice RSE et communication - Groupe Pomona : Céline Beaud devient responsable RSE

Solène Aymon, makesense : “Au cœur de la communauté, il y a la collaboration”

Solène Aymon est Responsable Développement des Communautés au sein de makesense, plateforme centrée sur l’entrepreneuriat social. Elle nous explique comment la crise a amené l’organisation à repenser ses actions, afin de démultiplier son impact grâce à des programmes d’engagement sur le digital. Une source d’inspiration pour les entreprises et les marques : makesense travaille également avec des grands groupes pour implémenter ses bonnes pratiques d’engagement dans le cadre des politiques RSE.

Chaque marque doit inventer son glossaire du good

Mariette Darrigrand est sémiologue, directrice de Des faits et des signes, un cabinet spécialisé dans l’analyse du discours médiatique. Puisque notre société est à l’heure de la convalescence, de la réparation, il nous a semblé en abordant « l’après » par la face du marketing que son analyse serait très utile pour expliquer le phénomène du «Good marketing» qui accompagne cette période de déconfinement où l’on aura d’autant besoin de confiance et de réconfort. Écouter l’impact des mots pour dire les maux et comprendre les enjeux sociétaux. Entretien.

Gwendal Bihan, Axionable : « Il faut donner du sens à l’Intelligence Artificielle durable »

Lorsque l’on évoque les dangers de l’Intelligence Artificielle, on imagine un scénario apocalyptique où une IA centrale prendrait le contrôle de l’humanité avec le piratage des voitures autonomes, le hacking de drones et des infox (deepfake) pour manipuler des élections. Pour faire face à ces nouveaux risques, les entreprises s’agitent pour innover et surtout démontrer que leurs choix technologiques comme celui de l’IA ne vont pas nuire à leur image ou leur employabilité et vont permettre une transition sociale, écologique et solidaire de leurs activités. Entretien avec Gwendal Bihan, fondateur d’Axionable sur la question.

L’objet utile, meilleur vaccin contre le greenwashing

Tzvetan Todorov, en 2009, insistait sur l’exemplarité et l’hygiène morale dont doit se prévaloir tout responsable politique. Aujourd’hui, cette exigence concerne aussi les marques, car parler et communiquer n’ont jamais créé autant...