Emery Jacquillat (PDG de Camif) : « Le renoncement d’aujourd’hui est le profit de demain »

En 2020, 88 entreprises sont devenues sociétés à mission et 10 000 pourraient faire évoluer leurs statuts d’ici 2025. Nous rencontrons Emery Jacquillat,  Président de La Communauté des Entreprises à Mission et PDG de Camif, pour une analyse des résultats du tout premier Observatoire des Sociétés à Mission. 

The Good : Quels sont les enseignements clés que vous tirez de ce premier rapport de l’Observatoire des Sociétés à Mission ? 

Emery Jacquillat : Le premier enseignement de cet observatoire est une incontestable dynamique d’engagement des entreprises. Là où on aurait pu croire que la crise Covid-19 impacteraitde manière négative la volonté des entreprises à revoir leurs business models pour accélérer leur transition, l’effet a été inverse. Rien qu’entre le 3ème et le 4ème trimestre 2020, on observe une augmentation de 60% du nombre de sociétés à mission. Aussi, là où fin décembre nous comptions 88 membres, nous sommes aujourd’hui 135. 

Deux accélérateurs ont permis cette dynamique. En premier lieu : la Loi Pacte promulguée en 2019, qui a permis de donner un cadre aux dirigeants soucieux de faire évoluer leur business, comme une manière ludique et organisée de repenser la contribution des entreprises aux enjeux environnementaux. Mais si la Loi Pacte a été un coup d’envoi, la crise Covid-19 a été l’accélérateur clé. La crise a été un facteur de résilience très fort. Et dans ce fracas la Raison d’Être et la mission des entreprises ont été une boussole.

Un autre enseignement de ce rapport est que la méthode est primordiale. Le « comment? » est une démarche collaborative, engageant toutes les parties prenantes dans le processus de transition et doivent être intégrées dans le chemin qui vient redonner du sens au projet d’entreprise. Si certaines entreprises ont à un moment pensé pouvoir déléguer à une agence de communication la formulation de leur Raison d’Être et la mise en pratique de ces convictions, la prise de conscience que cette transition s’inscrit dans le long terme et induit une refonte complète de la stratégie globale est inévitable. 

Enfin, nous en tirons une autre et enthousiasmante conclusion : la transition écologique, sociale et solidaire des entreprises est à la portée de tous et toutes. Elle ne requiert que patience, conviction et agilité. 

The Good : Certains secteurs d’activités, localisations géographiques ou tailles d’entreprises sont-ils plus propices ou complexes à faire évoluer ? 

E.J. : Parmi les 135 sociétés à mission que nous comptons, deux tiers sont des PME, de moins de 50 salariés. On constate donc une agilité plus forte des PME, dont les Comex et collaborateurs sont à effectifs réduits, permettant des prises de décisions plus rapides. Cependant, le parcours n’est pas forcément plus simple. Des exemples comme Danone montrent d’ailleurs que même les entreprises du CAC 40 sont capables d’une transition. En somme, tout type de structure et secteur peut s’engager dans l’obtention du statut de société à mission, de la start-up, à la Grande entreprise en passant par la PME, ETI ,TPE etc. Il n’y a pas de secteur à l’abri de la question de « comment contribuer aux enjeux de société et s’engager vers une production à impact positif ? ». Le cadre de la Société à Mission permet de clarifier les objectifs de l’entreprise et de l’aider à bâtir son propre référentiel d’engagement. Il s’adresse donc vraiment à tout le monde.

The Good : Parmi les 88 entreprises à missions que vous comptez aujourd’hui, laquelle fait particulièrement votre fierté en ce qu’elle symbolise la capacité de n’importe qui d’embrasser la notion de responsabilisation du capitalisme ? 

E.J. : Le choix est compliqué tant chaque parcours est singulier et se rapporte à l’histoire, la culture et la vision de l’entreprise. Un exemple inspirant est sûrement Janus France, qui œuvre à l’entretien du patrimoine. Créée en 2016, cette TPE compte 13 salariés (serruriers, menuisiers, vitriers) établis dans le nord de la France et a choisi de prendre un virage radicalement engagé via le statut de Société à Mission : un cadre structurant qui répondait à son projet d’entreprise, clarifiant sa contribution sur des objectifs socio-environnementaux pour aller plus loin dans sa démarche d’impact. Avec pour signature « pour une économie au service de la vie”, Janus multiplie les démarches RSE : en créant des partenariats avec des écoles, en mettant en place une politique d’achats responsables, en veillant à l’inclusion et la féminisation du métier, en s’assurant de contribuer à devenir un ascenseur social pour ses salariés et se fixant un objectif de neutralité carbone d’ici à 2030. Au regard de la taille de sa structure et du secteur très traditionnel auquel elle appartient, le cas Janus rend bien compte du fait que cette démarche est accessible et permet de changer la donne, chacun à sa manière. 

The Good : Si 2020 était pour vous une année de mise en place, quels sont les objectifs clés pour 2021 ?

E.J. : Poursuivre dans cette dynamique croissante ! Dans les objectifs fixés, nous attendons 600 Sociétés à Mission d’ici fin 2021, ce qui semble tout à fait possible compte tenu du rythme de +49% de croissance que nous enregistrons aujourd’hui depuis le 1er janvier 2021. Aussi, poursuivre le développement de notre communauté d’entreprises en faisant connaître le modèle auprès des réseaux de dirigeants. L’objectif clé de cette année sera de convaincre du lien entre performance économique et impact socio-environnemental. Les fonds d’investissement et la finance sont d’ailleurs clairement en phase de conscientisation, se rendant bien compte de la sur-performance des entreprises engagées. Comme le fonds d’investissement leader de l’impact investing Citizen Capital (membre des Sociétés à Mission) le prévoyait, le capitalisme bascule au profit d’entreprises engagées. Il suffit de regarder sur le long terme pour observer les performances. Autrement dit, le renoncement d’aujourd’hui est le profit de demain. 

The Good : En tant que PDG de Camif, quelles leçons tirez-vous de la mise en place d’une nouvelle structuration contribuant activement au bien commun ? 

E.J. : La transition d’une entreprise est un chemin long et il ne faut pas sous-estimer le temps que cela prend et il ne faut pas se précipiter. Camif a pris deux ans et demi pour formuler sa Raison d’Être et sa stratégie globale RSE. Il est nécessaire de mettre en place une énergie positive auprès de tous les collaborateurs pour aligner nos pratiques. 

Camille Lingre
Journaliste, ex rédac chef de The Good. Diplômée d’un Master en communication et journalisme, elle commence en agence de publicité chez DDB Paris puis intègre la rédaction d’INfluencia en 2017 et passe rédactrice en chef de The Good à son lanncement. Passionnée de littérature et engagée dans les luttes pour la justice sociale et la reconnaissance des minorités, elle est quitte en mai 2021 sa fonction de rédactrice en chef pour se consacrer au lancement de sa librairie.

Dernières publications

Jean-Pierre Letartre, World Forum : “C’est par le collectif que se jouera la « relance verte » de notre territoire”

Face aux restrictions sanitaires liées à la Covid-19 et à la multitude de rendez-vous du Good et de l’économie, Change4Good annonçait il y a quelques semaines sa solution : un lieu digital réunissant les quatre grands événements de l’automne des communicants dont le premier ouvre ses portes aujourd’hui : le forum mondial de l’économie responsable (World Forum). Au menu : du concret pour aider les entreprises à remodeler une économie dans une dynamique responsable, durable, sociale et solidaire. Pour en parler, quatre questions à Jean-Pierre Letartre, tête dirigeante du Réseau Alliances, de Change4Good et du World Forum.

Clubhouse : déceler le Good d’une plateforme qui crée le débat

Tout le monde en parle, tout le monde s’y met, tout le monde la questionne : comment expliquer la bipolarité de Clubhouse entre extrême popularité et vives critiques ? Une plateforme comme celle-ci est-elle selon vous durable ? Quelles opportunités cette plateforme représente-elle pour les marques et influenceurs en termes de Good ? Réflexion matinale sur ces questions en vrac avec Guillaume Doki-Thonon, CEO & co-fondateur de Reech.

Ioiana Luncheon, Fairphone : « l’industrie des mobiles doit s’éloigner des modèles linéaires qui se bornent à sortir de nouveaux appareils »

Alors que le gouvernement français vient d’instaurer un nouvel indice de réparabilité sur les appareils électroniques pour non seulement permettre aux consommateurs un choix plus informé mais aussi engager les constructeurs à dépoussiérer leur circuit de production, le pionnier du mobile durable Hollandais Fairphone continue son ascension éthique via des programmes de prime pour les ouvriers de l’usine chinoise assemblant ses appareils, et de protection des mineurs de cobalt en RDC. Rencontre avec Loiana Luncheon, Directrice Communication de l’empire Fairphone.

2021 : l’année (tant attendue) de floraison pour les outils de mesure d’impact ?

Dans une démarche d’impact qui non seulement se dit mais se mesure, JCDecaux investit son temps et ses équipes dans une production publicitaire physique plus responsable. Après une cascade d’initiatives vertueuses prouvant que la publicité urbaine peut être durable, JCDecaux lance Empreinte 360 : le premier calculateur d’empreinte environnementale, économique et sociale de ses campagnes en France.

Good Pouce #2 : La tête dans les nuages donne un second souffle aux Montgolfières

La tête dans les nuages (LTDN) est une entreprise éco-responsable qui s’inscrit dans l’économie sociale et solidaire. Basée en Seine-Saint-Denis, cette jeune start-up s’appuie sur le principe de  l’upcycling et transforme des...