Désir ou besoin

Comme l’analyse dans The Good Virginie Raisson-Victor, géopolitologue, présidente du Giec Pays-de-la-Loire et co-fondatrice du Grand Défi des entreprises pour la planète, la transition écologique induit un passage d’une économie du désir à une économie du besoin.

Elle explique : « si nous avons « besoin » de nous vêtir, les marques, elles, s’appuient sur notre « désir » de renouveler notre garde-robe. De la même façon, l’explosion du marché des SUV procède bien moins de notre besoin de mobilités que d’un désir social. » Avant de préciser la problématique que cela soulève : « l’empreinte écologique de nos désirs est beaucoup plus importante que celle de nos besoins. »

Et qui fabrique nos désirs ? La publicité. Son rôle est déterminant dans les changements de comportements du plus grand nombre. Les publicitaires devraient accompagner les citoyen(ne)s dans cette nouvelle ère de la sobriété et de la résilience. Ça vous paraît impossible ? Il y a quelques semaines, Pascal Nessim, co-président de Marcel- une des agences créatives du groupe Publicis-, racontait dans The Good comment son agence de pub tente de se transformer pour « aider à mieux consommer » et « changer les comportements à grande échelle » en conseillant davantage les annonceurs dans leur communication responsable. Où en sont les autres publicitaires ? Et où en sont les entreprises dans leur mission et leur raison d’être ? Se remettent-elles en question pour savoir si elles répondent bien à nos besoins et non à nos désirs ?

Quand on voit comment nos désirs ont engendré l’inflation, creusé les inégalités sociales et ont fait le lit des plus grandes souffrances de notre pays. On se dit que tout le monde y gagne à réfléchir davantage à nos besoins. Il est temps, pour nos enfants, d’être plus responsables, plus autonomes, plus locaux, plus sociaux. L’individualisme a fait notre perte. La solidarité nous sortira du chaos. Il est temps de réfléchir à notre devise « liberté, égalité, fraternité » qui ne vibre aujourd’hui que pour la « liberté ». Où sont passées l’égalité et la fraternité ?

Emilie Kovacs
Emilie Kovacs
Rédactrice en chef de The Good, est tombée dans la marmite du développement durable il y a une dizaine d'année. Cette journaliste d'origine hongroise aime mettre en lumière les acteurs et actions à impact, celles et ceux qui font plutôt que celles et ceux qui disent, les solutions plutôt que les critiques. Eternelle optimiste, elle est convaincue que l'être humain pourra se sortir du pétrin écologique dans lequel il s'est fourré. #Team beurre demi-sel, coquillages et crustacés !

Dernières publications

En Egypte, les start-ups vertes s’attaquent au fléau du plastique

(contenu abonné) En Egypte, premier pollueur au plastique du Moyen-Orient et d'Afrique, de jeunes entrepreneurs tentent de transformer les millions de tonnes de plastique qui inondent le Nil, la Méditerranée et les décharges à ciel ouvert.

#GoodBook La fin des haricots ? Le réveil écologique c’est maintenant” de Thomas Guénolé publié le 2 février 2023 aux éditions Plon.

L’auteur est politologue et conseiller politique. Intellectuel engagé, il enseigne le changement climatique à l’IÉSEG School of Management.

CMA CGM cherche des start-up pour décarboner le transport maritime

L'armateur CMA CGM a annoncé lundi le lancement d'un appel à projets destiné aux "start-up et entreprises développant des solutions concrètes" et doté de 200 millions d'euros, pour accélérer la décarbonation de la filière maritime française.

Pour réussir la transition énergétique, plus de 60 milliards supplémentaires par an sont nécessaires (Bruno Le Maire)

Pour réussir la transition énergétique, "60 à 70 milliards d'euros supplémentaires par an" sont nécessaires, a chiffré le ministre de l'Economie Bruno Le Maire dans une interview au Journal du Dimanche (JDD).

Châteauform’ et Green Evénements proposent un livre blanc sur les « 13 mesures pour un événement LEAD à ambition durable »

Ce livre blanc est à destination des organisateurs d’événements qui donne des conseils concrets et mesurables pour créer des événements véritablement responsables.