More

    De l’art de la guerre à l’art du Good

    Dans « Conférence sur l’efficacité »*, livre que je recommande à tout manager, le philosophe François Jullien propose une analyse comparée entre l’approche occidentale de la stratégie, visant à tout modéliser, tout anticiper, et l’approche chinoise, visant à s’adapter aux circonstances, en cherchant à en tirer le meilleur profit. François Jullien convoque même Clausewitz et son art de la guerre, où rien ne se passe généralement comme prévu…

     « Quand vous modélisez, c’est comme quand vous marchez sur la terre, cela va tout seul, sans rencontrer de difficultés. Mais, quand vous mettez ensuite en œuvre ce plan, que vous engagez les opérations, c’est comme quand vous marchez dans l’eau… il y a là “friction”, de toute part, il faut rééquilibrer et forcer. Telle est la résistance, telle qu’elle nous vient des circonstances »

    Circonstances – étymologiquement ce qui se tient autour – et qui n’était pas prévu : le brouillard d’Austerlitz qui donne la victoire, la pluie à Waterloo qui amène la défaite.

    Le Good est un beau programme. On pourrait s’en moquer. Qui est contre le bien et pour le mal ? Mais la gravité des enjeux climatiques, alimentaires, sociaux doit nous retenir de « nous asseoir à la table de ceux qui ricanent »**. Oui, choisir de servir le bien commun est devenu, pour les entreprises et leurs marques, une option stratégique fondamentale. 

    Quand on pense que la définition de l’entreprise dans la loi est restée la même pendant plus de 200 ans, malgré deux révolutions, trois invasions, deux guerres mondiales et des mouvements sociaux à la pelle ! La loi Pacte d’avril 2019 a modifié cette définition. Elle n’impose rien (ce qui est rare pour une loi) mais place les entreprises devant de nouvelles responsabilités.

    Il faut se réjouir que le secteur de la communication se mette lui aussi en mouvement. Les Etats Généraux qui s’ouvrent vont être une formidable opportunité d’échanges et d’ouverture pour nous tous. Chez W, nous avons mis à profit les confinements pour réfléchir, écouter nos clients, conduire des études (et un livre à paraître en décembre). 

    Ce travail nous a amenés à la conviction qu’il fallait aider le marketing à se réinventer en profondeur, en proposant un nouveau contrat de marque qui, sans jamais renoncer à la créativité et au plaisir de consommer, développe une approche fondée sur le respect, la relation côte à côte, la proximité, la conversation et une plus grande liberté de choix laissée au consommateur.

    Pour nous, l’art du Good en action s’appelle le Contributing®

    Il dit bien son nom en échappant à la tautologie – le marché pour le marché – qui a conduit à l’hyperconsommation pour aller vers une science de consommation décarbonée et responsable dans laquelle chaque acteur dépassera son seul statut de vendeur ou d’acheteur, pour se reconnaître « contributeur ». 

    Il part des aspirations des équipes internes à relier sens et business. Il aide les marques à faire du Good un sujet inclusif pour leurs clients. Il met en place des process qui permettent à l’entreprise de joindre les actes aux paroles, en allant de la simple évolution des pratiques jusqu’au changement de business model. 

    S’adapter aux circonstances dans l’art du Good, c’est graver en lettres d’or le nombre 56 sur nos feuilles de routes respectives : 56 % des Français sont aujourd’hui incapables de citer une marque contribuant à améliorer la société. Et 56 % (on ne sait pas si ce sont les mêmes) considèrent que le consommateur est le premier acteur du changement de la société***. 

    Bonne nouvelle donc ! Le consommateur, souvent critiqué pour son ambivalence, aurait-il cette fois envie d’y croire ? Comme si, de l’art du Good à l’acte de foi, il n’y avait qu’un pas. Comme toute foi authentique, elle ne sait pas, elle est fragile, elle doute, mais elle espère. 

    À nous d’inventer les bons modèles pour construire un avenir meilleur sans jamais perdre de vue les circonstances pour mieux en tirer profit. 

     * « Conférence sur l’efficacité », François Jullien, PUF.
    ** La Bible – psaume n° 1.
    *** Baromètre Contributing® 

     Denis Gancel, Président fondateur de W, Enseignant à Sciences Po Paris

    Dernières publications

    Julien Chantry, Retrofutur : “Changer les choses, ça s’apprend. Et les grands changements passent par les petits détails”

    Riche de l’écoute de récits d’entrepreneurs à n’en plus finir et désireuse de poursuivre l’accompagnement des entreprises dans une transition effective de leurs modèles au delà des canaux de communication habituels, l’agence de communication Retrofutur lance 21 RECITS. Un programme de 21 histoires en 21 semaines, qui raconte l'initiative de marques qui ont inventé ou se sont réinventées face aux enjeux socio-environnementaux. Des initiatives de marques qui changent la donne et qui nous charment. De Patagonia et le début du mouvement anti Black Friday à la PME nantaise qui recrute des seniors en passant par la restructuration de l’offre de La Poste, l’objectif est simple : transmettre. Aider ceux qui veulent avoir de l’impact sur le quotidien. Petit à petit. Avec la bonne méthode, les bons exemples et les bons conseils. Entretien avec son fondateur, Julien Chantry.

    Luc Wise, The Good Company : « Les grandes déclarations ne servent à rien si elles ne sont pas suivies d’effet. Walk the talk...

    Élu “Publicitaire de l’Année” et son agence The Good Company fondée en 2019 “Agence de Demain” lors de la 41ème édition du Grand Prix des Agences de L’Année, Luc Wise redonne espoir. Et pour cause, The Good Company est une agence à l’ADN on ne peut plus engagé, qui promet d’accompagner le changement des annonceurs de tous bords au prisme d’une communication responsable et engageante. Par ailleurs, cette agence du Good lance un programme dédié à ce sujet aux mille possibles qu’est la RSE : The Good Proof. Pour amorcer 2021 la rédaction a souhaité connaître sa vision du marché, sa feuille de route RSE, les défis surmontés de l’année passée et les objectifs de celle à venir. A vos mirettes, les bons conseils sont au rendez-vous, en interview.

    Vision, cohérence, pérennité, les clés d’une Raison d’être qui fait sens

    A l’avant garde des questions de « Raison d’être », Havas est un des premiers acteurs à introduire le terme de « meaningful brands », mettant en lumière ces entreprises parvenant à développer un triple bénéfice consommateur : fonctionnel, émotionnel et sociétal. Suite à une conversation entendue sur les ondes du podcast Empreinte, animé par Alice Vachet et donnant la parole à Gaëlle Le Vu, directrice de la RSE Orange France et Laurent Broca, DG d'Havas Media, nous rencontrons ce dernier pour prolonger le débat en interview.

    Valérie Richard, Responsable RSE BETC : La pub responsable ? “Rendre « sexy » les nouveaux récits et les nouveaux héros de ce monde...

    Soumise à de nombreuses critiques émanant de la scène publique comme politique quant à son éthique et sa capacité de compter parmi les acteurs du Good, la publicité continue son bout de chemin vers une RSE solide et effective. Tête de gondole d’une industrie qui veut le mieux, BETC développe sérieusement ses prises de position sur les sujets de la transition écologique, sociale et solidaire. Au lendemain de la publication de son rapport de développement durable 2020 sur les actions 2019 de l’agence, nous rencontrons Valérie Richard, Responsable RSE chez BETC pour faire le point sur les enjeux de cette agence devenue marque et les défis de cette industrie majeure du capitalisme.

    Romain Prudent, Directeur Communication France chez Veolia : « Le digital permet d’accélérer l’appropriation de solutions environnementales »

    Accès, préservation et renouvellement de l’eau, des déchets, de l’énergie : en termes de gestion optimisée des ressources, on peut dire que le groupe Veolia lead le marché. Dans la poursuite de son ascension du green, la marque cumule les prises de paroles audacieuses. Comment fédérer une communauté de consommateurs et tisser un lien proche lorsque l’on est une multinationale de gestion de ressources ? Comment le service RSE et la com coopèrent-ils ? Questions-réponses avec Romain Prudent, Directeur de la Communication France chez Veolia.