BarePack : le repas sans emballage jetable

Créée à Singapour en 2019 par des Français expatriés, cette start-up a pour ambition d’éliminer l’usage unique dans la restauration à emporter ou en livraison, en le remplaçant par un système intelligent et pratique de contenants réutilisables. 

Pendant les confinements, il y a eu une augmentation de 20% de déchets ménagers supplémentaires et de 2.7 milliards de gobelets en plastique jetés dus à la hausse des commandes à domicile. Ces chiffres ont fait prendre conscience aux Français que le secteur de la restauration devait se réinventer : 83% d’entre eux souhaitent faire de la réduction des emballages une priorité.

Barepack répond en toute simplicité à ce souhait : en proposant des repas dans des systèmes de boîtes consignées réutilisables. La start-up s’est associée à la marque clermontoise de lunchbox Monbento qui propose des contenants Made in France au design élégant et adaptés aux contraintes de la restauration (système emboîtable, compatibles avec lave-vaisselle et micro-ondes, etc.). 

Leurs contenants sont composés de matériaux solides respectant les normes alimentaires et surtout réutilisables ! 

La start-up propose ses services aux : 

– restaurants en leur mettant à disposition gratuitement des boîtes repas et gobelets réutilisables dans lesquels ils pourront servir leurs plats à emporter ou à livrer. 

– entreprises en leur permettant de disposer d’un stock de contenants que les collaborateurs peuvent emprunter.  

Le système proposé par BarePack permet de réduire ses déchets et de diminuer les émissions de CO2 de 90% par rapport aux alternatives jetables.

Rencontrant un fort succès à Paris auprès de plus de 150 restaurants, la start-up a décidé de proposer ses services dans deux nouvelles villes : Lyon et Clermont-Ferrand. Dans le but de croître encore plus, une campagne de crowfunding qui vise les 500 000 euros récoltés d’ici fin 2021 a été lancée : https://sowefund.com/projet/117/barepack  

Emilie Thiry
Ex publicitaire reconvertie dans la communication corporate en 2011, puis dans la politique en 2015, Emilie est depuis juillet 2020 en charge du consulting et de la diversification des offres d’INfluencia. Elle dirige à ce titre The Good, la plateforme dédiée à la transformation écologique, sociale et solidaire des entreprises et des marques. Elle anime également un séminaire sur le monde de la communication en Master 2 Conseil éditorial à Sorbonne Université. Emilie est diplomée de l’IEP de Strasbourg et ancienne élève du CELSA.

Dernières publications

Microsoft lance son “Environnement Start up Accelerator” européen à STATION F

Microsoft lance au sein du plus grand campus de start up au monde, l’Environmental Start up Accelerator, pour lequel les candidatures sont ouvertes jusqu’au 10 décembre

OurCarbon : quand les déchets se transforment en nouveaux matériaux…

Et si nos déchets devenaient de nouvelles matières premières pour la mode, le BTP ou l’industrie ? C’est le pari de la startup italienne Bioforcetech, qui révélait à l’occasion de la Dutch Design Week d’Eindhoven un matériau entièrement circulaire, et même “carbon-negative” : OurCarbon.

Viv(l)aTech for Good

Un air de Good flottait cette année dans les allées – et sur la scène – de VivaTech. Si le salon fait encore la part belle aux géants de la Tech, Tim Cook et Mark Zuckerberg en guest star et que le Président Macron échangeait avec les Scalesups européennes (pour lancer la Scaleup nation ?), les thématiques « impact » étaient aussi de la partie.

Noocity

Cette start-up née en 2013 au Portugal a pour objectif de recréer des liens entre la campagne et la ville en permettant à tous de cultiver depuis chez soi, sur son balcon ou sa terrasse.

LVMH : circularité, éco-conception et traçabilité au programme de Vivatech

Présent en bonne place au cœur du salon Vivatech 2021, LVMH et ses différentes maisons présentaient leurs innovations ainsi qu’une sélection de startups liées à leurs métiers. Parmi les grands thèmes de l’année pour le leader mondial du luxe : la circularité, l'éco-conception et la biodiversité, mais aussi la réalité augmentée et la 3D.