Avec son livre “S’engager pour le bien commun”, Philippe Royer lance une invitation à être les bâtisseurs d’un monde plus vert

“S’engager pour le bien commun” sortira le 16 février en librairie. Dans ce livre, Philippe Royer nous invite à passer à l’action pour tendre vers un monde plus juste et plus respectueux de l’environnement. Un livre plein d’espérance qui vient bousculer une société en proie au découragement.

“ Je prends la parole aujourd’hui parce que je constate que de nombreuses personnes ont le désir de s’engager pour le bien commun mais ne savent pas comment s’y prendre ni par où commencer ” déclare l’auteur. 

Pour Philippe Royer tout est encore possible ! Dans un monde en proie au changement climatique, à l’écart grandissant des inégalités entre les catégories sociales et les territoires, il nous donne les clés pour espérer positivement et surtout agir. Il analyse les causes de l’immobilisme et démontre qu’il est possible de changer de paradigme. Il propose également de réfléchir à la contribution singulière que chacun peut apporter au monde. Pour produire ce livre, il a reçu l’appui du journaliste à La Croix Arnaud Bevilacqua

Sur LinkedIn, Philippe Royer a écrit “ Je pense que nous ne sommes pas condamnés au fatalisme. Nous avons un devoir d’espérance et la responsabilité de proposer un avenir positif aux générations futures, à nos enfants et petits enfants. De plus, à toute période compliquée, la solution n’est jamais venue ni d’une fuite en avant niant les problèmes ni d’un repli sur soi amenant à penser que ce sont les autres qui doivent changer.

Nous avons trop de commentateurs du monde, mon livre suggère donc que chacun de nous devienne acteur concret du bien commun.” 

Issu d’une famille d’agriculteurs, Philippe Royer a dirigé Clasel et le groupe Seenergi. Il est également président du mouvement des Entrepreneurs et dirigeants chrétiens (EDC) depuis mars 2018.

Dernières publications

Comment The North Face a conçu sa première collection circulaire

(contenu abonné) Pour la première fois de son histoire, The North Face a présenté cet automne une collection “circulaire” : chaque composant a été analysé et choisi par les designers pour limiter leur empreinte environnementale et garantir que ces modèles pourront être facilement recyclés à la fin de leur vie.

Toulouse accueille les Halles de la Transition

La ville rose a donné son feu vert pour ce tiers lieu dont le but est de rassembler toutes les générations autour de sujets environnementaux et sociaux. Le collectif à l’origine du projet souhaite démocratiser ces causes et briser les préjugés.

Comment Bioseptyl a réussi sa relocalisation

Le fabricant de brosse à dents Bioseptyl s’est appliqué à relocaliser sa production, tout en améliorant son parc industriel. A la clé ? Des économies d’énergie, un impact environnemental réduit et des touristes séduits par la démarche…

8 entreprises certifiées B Corp publient un guide sur les 10 fondamentaux de la RSE

8 entreprises de la communauté B Corp ont publié un guide sur les 10 fondamentaux de la RSE. Vendredi, IDOYA, Grain Blanc, Evaneos, ilek, AIR Coop, EcoTree et altman ont défini les 10 sujets...

Midi Pile, l’entreprise du dernier kilomètre responsable

Midi Pile est un transporteur écoresponsable spécialisé dans la gestion du dernier kilomètre. L’entreprise créée par Yasmine Iamarene compte prendre soin de ses clients, de la commande à la réception de leurs produits. Ses mots d’ordre sont écologie, professionnalisme, sécurité et précision.