Avec son livre “S’engager pour le bien commun”, Philippe Royer lance une invitation à être les bâtisseurs d’un monde plus vert

“S’engager pour le bien commun” sortira le 16 février en librairie. Dans ce livre, Philippe Royer nous invite à passer à l’action pour tendre vers un monde plus juste et plus respectueux de l’environnement. Un livre plein d’espérance qui vient bousculer une société en proie au découragement.

“ Je prends la parole aujourd’hui parce que je constate que de nombreuses personnes ont le désir de s’engager pour le bien commun mais ne savent pas comment s’y prendre ni par où commencer ” déclare l’auteur. 

Pour Philippe Royer tout est encore possible ! Dans un monde en proie au changement climatique, à l’écart grandissant des inégalités entre les catégories sociales et les territoires, il nous donne les clés pour espérer positivement et surtout agir. Il analyse les causes de l’immobilisme et démontre qu’il est possible de changer de paradigme. Il propose également de réfléchir à la contribution singulière que chacun peut apporter au monde. Pour produire ce livre, il a reçu l’appui du journaliste à La Croix Arnaud Bevilacqua

Sur LinkedIn, Philippe Royer a écrit “ Je pense que nous ne sommes pas condamnés au fatalisme. Nous avons un devoir d’espérance et la responsabilité de proposer un avenir positif aux générations futures, à nos enfants et petits enfants. De plus, à toute période compliquée, la solution n’est jamais venue ni d’une fuite en avant niant les problèmes ni d’un repli sur soi amenant à penser que ce sont les autres qui doivent changer.

Nous avons trop de commentateurs du monde, mon livre suggère donc que chacun de nous devienne acteur concret du bien commun.” 

Issu d’une famille d’agriculteurs, Philippe Royer a dirigé Clasel et le groupe Seenergi. Il est également président du mouvement des Entrepreneurs et dirigeants chrétiens (EDC) depuis mars 2018.

Dernières publications

“Écologie, le choix des mots : quel langage commun pour comprendre et agir?” 

Le 5 juillet de 18h30 à 20h à la Maison de l’Europe aura lieu un débat pour mieux envisager l’importance des mots dans les discours RSE. Il s’inscrit dans la série “Cultural Evenings” une série de débats trimestriels consacrés à la place de la communication dans les problématiques sociétales contemporaines en partenariat avec ViaVoice et Influencia.

Jérôme Cohen : “Le Grand Défi est une aventure démocratique et participative appliquée au monde économique. C’est ce qui fait sa force”

Inspiré de la Convention Citoyenne pour le Climat, le Grand Défi veut mobiliser les entreprises par l’intelligence collective pour créer un nouveau modèle économique afin de répondre au défi environnemental. Rencontre avec Jérome Cohen, président d’Engage et co-fondateur du Grand Défi avec Virginie Raisson-Victor, Présidente du Giec Pays-de-la-Loire.

BonaGive, le “leboncoin” des collaborateurs d’entreprises

BonaGive est une application mobile pour échanger des biens de la vie courante sur son lieu de travail entre collaborateurs et développer son réseau autour de la RSE et de l’économie circulaire. L’entreprise lyonnaise donne une bonne occasion de contribuer à la protection de la planète en évitant le gaspillage tout en renforçant le lien social entre collègues.

Bilan carbone des entreprises : comprendre le principe des scopes d’émissions 1, 2 et 3

Lire un rapport RSE n’est déjà pas évident. Mais s’y attaquer sans bien connaître le principe des scopes - périmètres d’émissions en bon français - relève du casse-tête chinois. Cette méthode de calcul reste pourtant essentielle pour évaluer le bilan carbone des entreprises, bien que d’autres protocoles apparaissent.

Nescafé teste la vente en vrac 

Depuis le 24 mai et ce pour 6 mois, Nescafé teste la vente en vrac pour sa recette phare Nescafé Spécial Filtre Original, et pour sa variante Bio, au sein du magasin Carrefour de...