Rapport du GIEC : les agriculteurs en soldats du climat

L’été et ses beaux jours s’achèvent. Encore qu’il faille relativiser cet aphorisme tant les dernières semaines révèlent à quel point le climat se joue de plus en plus des saisons et combien est grande la perspective de voir sombrer notre planète et de la découvrir sous un nouveau visage. Publié en août, le 1er volet du 6ème rapport du Groupe intergouvernemental d’experts sur le climat (GIEC) est sans appel : notre avenir commun est menacé, les dérèglements climatiques s’accélèrent, l’humanité à l’origine de ces changements devra faire face plus tôt que prévu à des événements « cataclysmiques » si nos émissions de gaz à effet de serre (GES) ne sont pas sévèrement freinées.

L’agriculture : principale victime et grande oubliée

Grand oubliée de la restitution des travaux du GIEC, l’agriculture est pourtant la principale victime des dérèglements climatiques, de la sécheresse, des inondations, de l’effondrement de la biodiversité. Cette nouvelle ère climatique, l’anthropocène, symbole d’un désordre planétaire annoncé, cause des dégâts inédits sur des modèles économiques déjà mis à mal par le libre-échange, une mondialisation non maîtrisée depuis vingt ans. Inévitablement, ces chocs climatiques vont mettre à mal notre sécurité alimentaire, vocation millénaire de l’agriculture. Alors que l’agriculture mondiale devra augmenter sa production de 50% d’ici à 2050 pour faire face au choc démographique, chaque degré Celsius supplémentaire lié au changement climatique baisse de 10% les rendements agricoles (source : GIEC).

L’agriculture : principale solution

Nourrir et protéger la planète, cela passe incontestablement par des mutations dans les modes de production afin de réduire la part agricole dans le total des émissions mondiales de GES, encore estimée à 25%, élevage compris. Garants de la sécurité alimentaire, les agriculteurs sont en passe de devenir les premiers soldats du climat.

A travers la préservation de la qualité de l’eau, le stockage de carbone, la protection du paysage et de la biodiversité, la croissance des énergies renouvelables, les agriculteurs du monde contribuent à restaurer ou maintenir des écosystèmes dont l’humanité tire des bénéfices.

En France, les transitions s’accélèrent pour proposer des trajectoires innovantes en matière notamment de pratiques culturales (ex : agroforesterie, agriculture de conservation des sols) et d’utilisation des nouvelles technologies, permettant au pays de rester ambitieux, mais dans des termes assurément renouvelés. Soutenues par des attentes politiques et sociétales, elles doivent l’être également sur le terrain économique.

Pour accélérer ces transformations et faire face aux défis de notre siècle, la mise à l’échelle du financement, auprès des agriculteurs, pour services environnementaux doit être un prérequis indispensable.

Nos concitoyens, politiques et institutions, que la crise du Covid semble avoir rapproché des besoins essentiels et du rôle de l’alimentation, doivent l’entendre et le comprendre : si l’agriculture évolue, elle contribuera davantage à l’agenda stratégique du climat que d’autres secteurs d’activité. La France doit miser sur son agriculture. Sa souveraineté alimentaire en dépend. Son adaptation au climat de demain aussi. Regardons nos agriculteurs comme des acteurs de notre sécurité.

Florian BRETON, Fondateur de MiiMOSA

Dernières publications

Que reste-t-il de la Convention Citoyenne pour le Climat ?

Présenté par la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili mercredi 10 février en Conseil des ministres, le projet de loi des 150 de la Convention Citoyenne pour le Climat ébauché il y a près de deux ans déjà semble peu à peu perdre les faveurs de tou.te.s. Intitulé « Climat et Résilience », il s’apprête à entrer au parlement et laisse planer le doute sur la résilience du corps politique.

Où en est-on de la transition agricole ?

L’annonce du report du Salon International de l’Agriculture 2021 donne à penser. Quelles sont les priorités sur ce sujet et les initiatives naissantes ? Un petit état des lieux de la transition agricole s’impose.

Première Édition des Journées Nationales de l’Agriculture les 18,19 et 20 juin 2021

Privée de Salon cette année, l’agriculture française pourra renouer les liens entre les citadins et la terre avec la 1ère édition des Journées Nationales de l’Agriculture. Sur le modèle des journées du patrimoine, il s’agit de valoriser notre patrimoine agricole et alimentaire par l’ouverture au grand public de nombreux sites (exploitations agricoles, établissements d’enseignement et de recherche, lieux de transformation).

Coalitions, mouvements : à quand l’impact réel de ces projets de la com ?

Tandis qu'aujourd'hui même l'AACC organise la 10e édition de la Journée Agences Ouvertes avec un notamment un atelier "Communication & Transition Ecologique et Sociétale", la 2e édition des États généraux de la communication prépare sa sortie pour le 25 mars. Quant à la Filière de la Communication, elle dévoilait il y a peu ses sept engagements pour accélérer la transition, au même moment où douze acteurs du marketing et de la publicité se mobilisaient pour lancer le Mouvement de la Publicité Raisonnable. Le dire aboutira-t-il bientôt au faire ? Quels moyens derrière toutes ces synergies ?

Timberland : la mode à impact positif est-elle possible ?

Dans la même dynamique de passage au “faire” que Patagonia qui s’investit dans l’agriculture régénératrice via la création de son propre label ROC (Regenerative Organic Certified), Timberland dévoile son plan d’attaque. Au menu pour 2030 : 100% de ses produits conçus pour être compatibles avec l’économie circulaire, 100% des matériaux naturels de ses produits issus de l’agriculture régénératrice, le tout pour un impact non pas moins lourd, mais carrément positif. Derrière les coups de com’ qui s’additionnent et nous lassent, l’industrie de la mode pourrait-elle réellement prendre le virage du Good, sans faux semblants ? Rencontre riche en enseignements avec Elisabetta Baronio, directrice RSE EMEA de Timberland.