2021 : après les voeux, parlons des enjeux

Dans la poursuite d’une démarche d’accompagnement des marques et entreprises vers un horizon plus vert, The Good a réfléchi aux enjeux que l’année semble leur réserver. Actrices du changement au même titre que les institutions dirigeantes officielles de notre société, elles ne sont plus seulement “encouragées” au virage vert dans l’idée de garder la cote auprès d’un public citoyen engagé et soucieux de l’environnement, mais bien sommées d’y prendre part sous peine de lourdes représailles. Coup d’œil sur un programme du Good à sens unique. 

Au risque de paraître un poil cynique, disons tout haut ce que tout le monde pense tout bas : la crise fait la part belle au Good. Pourquoi ? Parce qu’elle aura permis à beaucoup de se rendre compte de l’importance de retourner aux fondamentaux. A la sobriété, au local, à l’humain. Mis en avant la nécessité d’une société plus solidaire. Pointé du doigt le poids de la consommation sur la planète et redonné du sens au mot transition. Dans ce capharnaüm, nombreux sont ceux qui ont dû/pu changer de route, et repartir sur des bases professionnelles plus saines, et plus durables. Malgré l’effondrement de plus d’une économie, la conquête du Good dans l’agenda des politiques comme des entreprises poursuit sa trajectoire. Et si l’année 2020 se voulait décisive sur bien des aspects, il se pourrait que ce soit 2021 qui finalement active de nombreux réseaux. Suite à l’annulation et au report de nombreux événements décisifs visant à mettre en place de nouvelles pratiques liées à une production et consommation plus responsable, faisons le point sur l’agenda politique de l’année à venir. Du Green Deal à la Loi Climat en passant par la COP, les réformes promettent de s’enchaîner. 

Côté COP, les trois conventions de Rio, sur le climat, la biodiversité et la lutte contre la désertification verront enfin le jour en 2021, suivies de près par la COP26 climat en Ecosse.  Si aucune date n’a encore été fixée pour la COP15 biodiversité de Chine, Emmanuel Macron ouvrait déjà hier en France les festivités via un One Planet Summit consacré à la biodiversité dans le cadre du Congrès mondial de la nature de Marseille. L’idée : attirer l’attention de l’international et montrer à tous que la France connaît ses priorités pour l’année : LE GOOD. 

Fin janvier, c’est le Conseil des ministres qui recevra (enfin) le projet de loi Climat issu du travail de la Convention citoyenne, ainsi que la prise de position positive mais risquée d’Emmanuel Macron sur un référendum visant à inscrire la notion de protection de l’environnement dans le premier article de la constitution. Tout sera ensuite de passage au Parlement en mars pour un vote dans les mois qui suivront. A l’international, la directive européenne sur le climat devra quant à elle s’affirmer sur l’objectif neutralité carbone de 2050. Enfin côté Green Deal, la Commission Européenne devra d’ici peu faire ses preuves sur sa stratégie 2030 de réduction des émissions GES, en s’imposant sur les questions de transport et bâtiment, et le cadre de régulation d’émission légal des voitures.

En conclusion, l’agenda politique ne manque pas de promesses à l’égard du good et montre bien l’importance pour les marques et entreprises d’accélérer leur transition sans plus attendre avant de se voir coursées par les dispositifs légaux très prochainement mis en place. Décarbonation, redirection, réduction, restructuration : de la mode à l’alimentation en passant par le construction, le transport ou le tourisme, tous les secteurs devront bientôt se plier à une réglementation qui pense environnement avant rendement. Et c’est tant mieux. L’heure est donc à vos feuilles de route RSE et à vos objectifs chiffrés ! 

Dernières publications

Agissons aujourd’hui pour construire ensemble l’aide alimentaire de demain

Inflation, crise sanitaire et de l’énergie, prévision de croissance revue à la baisse pour 2022… Cette situation économique et sociale dégradée impacte l’ensemble des Français, mais pèse davantage encore sur les populations fragiles. Certains...

Ralentir ou périr. L’économie de la décroissance, l’essai de Timothée Parrique qui casse le mythe de la croissance verte

Ralentir ou périr. L’économie de la décroissance de Timothée Parrique sortira vendredi 16 septembre. Dans cet essai d’économie accessible à tous, l’auteur et chercheur en économie écologique vient déconstruire l'un des plus grands mythes contemporains : la poursuite de la croissance infinie et verte.

Philippe Kunter (BPI France) : “Dans un contexte de pénurie de talents la RSE devient un véritable facteur différenciant”

À l’occasion de l’événement The Big Green (12-14 octobre 2022) dont The Good est partenaire, découvrez les témoignages de 3 grands intervenants sur les facteurs de succès et les bénéfices liés à la mise en place d’une politique RSE. Deuxième témoin : Philippe Kunter, Directeur du Développement Durable et de la RSE de Bpifrance.

Entreprise sobre, comment te dessines-tu et avec quels outils ?

La sobriété est LE sujet good de la rentrée. Mise à l’honneur lors des quatrièmes Universités d'Été de l'Économie de Demain portées par le Mouvement Impact France, la sobriété est l’enjeu auquel les dirigeantes et dirigeants d’entreprises ont décidé collectivement de faire face. Comment l’entreprise sobre se dessine-t-elle ? Quels acteurs peuvent l’aider pour être plus sobre ? The Good vous fait un récap de ces questions posées pendant ce temps fort de l’impact.

The Big Green, le rendez-vous d’affaires de l’économie solidaire et innovante

Du 12 au 14 octobre à l’Hôtel Royal Barrière situé à Deauville, le Groupe Meet&Com organise la seconde édition du salon The Big Green qui rassemble les acteurs B to B de la Responsabilité Sociale et Environnementale. Pendant 48 heures, 150 directeurs RSE, DRH de grands groupes, Office managers et CHO parleront solutions, retours d’expériences et bonnes pratiques pour faire bouger les lignes ! The Good est partenaire média de l’événement.