“C’est en devenant 100% durable et inclusive que la mobilité servira au mieux le bien commun”, Sébastien Spangenberger (Movin’On)

Directeur de Movin’On depuis quinze mois, Sébastien Spangenberger nous détaille la raison d’être et les missions de cet écosystème international à but non lucratif sur la mobilité durable initié par Michelin. Ce « do-tank » -ou groupe de travail- développe à la fois des visions partagées, propose des réglementations vertueuses, expérimente et promeut des solutions durables, et fédère une large communauté autour de la mobilité durable.

The Good : Qui sont les membres de Movin’On ?

Sébastien Spangenberger : La gouvernance de Movin’On est partagée entre plusieurs grands groupes internationaux, les membres sont : Accenture, Capgemini, CGI, CMA CGM, Engie, Macif, Michelin, Solvay, The Adecco Group, Allianz, Alstom, Port de Brest, Brittany Ferries, Grand Port Maritime de Dunkerque, EY, Forum Oceano, Geodis, Kantar, Maritime Campus d’Anvers, Microsoft, Mobivia, Orange, Saint-Gobain, SNCF, TotalEnergies, Thalès et Vinci. Au sein de ses communautés d’intérêt, Movin’On met les expertises en face d’initiatives porteuses, et propose des ressources, des méthodologies, une veille technologique, un soutien opérationnel et un partage des meilleures pratiques existantes partout dans le monde. Les communautés d’intérêt sont des groupes de travail rassemblant plusieurs parties prenantes de l’écosystème. Elles étudient une problématique de mobilité, développent une vision commune et expérimentent ensemble de nouvelles solutions de mobilité. En 2024, l’écosystème Movin’On compte plus d’une vingtaine de COIs actives.


The Good : Pouvez-vous nous rappeler la genèse de Movin’On ?

Sébastien Spangenberger : Créé et inspiré par Michelin en 2017, Movin’On est né d’une vision commune partagée par tous ses membres : la mobilité est essentielle au développement humain, mais elle doit s’inscrire dans un cadre durable, en étant plus sûre, plus propre et plus juste. Il ne s’agissait pas seulement de questionner notre relation à la mobilité, mais d’agir concrètement pour repenser nos schémas de déplacement, qui ne sont toujours pas soutenables d’un point de vue environnemental et social. Notre ambition est de fédérer les parties prenantes, publiques et privées, de tous les secteurs de la mobilité pour trouver ensemble des voies partagées vers un développement durable du transport des biens et des personnes. L’action collective est impérative, tant les enjeux sont systémiques et complexes. Aucune organisation ne peut résoudre ces problèmes seule. Pour avoir un impact réel et positif dans la vie des gens, nous devons aller au-delà de la simple réflexion. C’est pourquoi, nous créons les conditions permettant de dépasser les frontières et d’adopter de nouveaux modes de collaboration. Créer un cadre de collaboration de confiance permet non seulement d’anticiper les besoins en mobilité plus efficacement mais aussi de renforcer les initiatives déjà initiées.

The Good : Quelle est la raison d’être de Movin’On ?

Sébastien Spangenberger : La mobilité est au service du développement individuel mais aussi collectif. C’est en devenant 100% durable et inclusive qu’elle servira au mieux le bien commun. Notre écosystème d’entreprises internationales a pour mission d’identifier puis d’accélérer le développement et la diffusion des bonnes pratiques en matière de mobilité durable. Il a pour vocation de représenter l’ensemble de la chaîne de valeur de ce secteur. Nous générons des partenariats publics/privés dans le but de faire évoluer la transformation de la mobilité. Dans ce cadre, nous favorisons le partage de visions communes, proposons de nouvelles réglementations, développons et testons de nouvelles solutions puis aidons à les faire connaître et adopter. Plus nous sommes réactifs concernant nos positions, plus les investissements peuvent suivre et notre impact sera grand ! Malgré un futur anxiogène, Movin’On est résolument optimiste !

The Good : Pouvez-vous nous en dire plus sur le Movin’On Summit qui aura lieu le 7 novembre à Bruxelles ?

Sébastien Spangenberger : La thématique cette année est la décarbonation du transport terrestre en Europe. Nous allons nous projeter en 2035 partager nos travaux et générer un dialogue entre près de 500 leaders et experts de renommée mondiale qui imagineront comment nous serons parvenus, en 10 ans, à atteindre les objectifs européens en matière de décarbonation. De nombreuses solutions seront mises en avant ! Le sommet a lieu à Bruxelles, au plus proche des centres de décisions européens, afin de contribuer à faire du Green deal un succès en travaillant à son perfectionnement. Nombreuses sont les thématiques qui seront abordées : l’intermodalité, la réparabilité, le réemploi et le recyclage des véhicules, les investissements stratégiques, les nouveaux imaginaires, les ressources humaines utiles à la transformation de la mobilité, les labels de la transition énergétique… Le networking sera une fois de plus à l’honneur avec des participants exceptionnels sur invitation et les CEOs des entreprises membres de Movin’On seront présents en personne pour générer un échange productif avec les nouvelles instances européennes. Voici le programme ici.

Emilie Kovacs
Emilie Kovacs
Rédactrice en chef de The Good, est tombée dans la marmite du développement durable il y a une quinzaine d'année. Cette journaliste d'origine hongroise aime mettre en lumière les acteurs et actions à impact, celles et ceux qui font plutôt que celles et ceux qui disent, les solutions plutôt que les critiques. Eternelle optimiste, elle est convaincue que l'être humain pourra se sortir du pétrin écologique dans lequel il s'est fourré. #Team beurre demi-sel, coquillages et crustacés !

Dernières publications