Actualités et chiffre de la semaine du 13/10

Orange lance Re, un programme en trois R

Depuis plus de dix ans, Orange collecte des téléphones portables. Désormais l’entreprise systématise cette démarche et installe des bacs dans ses boutiques. Les clients pourront y déposer leurs anciens téléphones et découvrir les possibilités de Reprise, de Recyclage et de Reconditionnement. Les téléphones qui n’ont plus de valeur marchande seront recyclés, les autres peuvent être échangés contre des bons d’achat pour un prochain téléphone. Aussi, Orange proposera des téléphones reconditionnés à ses clients. 

The Good Goods, une carte interactive de la mode éco-responsable

The Good goods lance la première carte interactive de boutiques responsables. Il suffit de se connecter sur le site The Good Goods et d’entrer sa localisation pour voir s’afficher les boutiques éco-responsables répertoriées par le site. 120 boutiques et enseignes sont désormais référencées par The Good Goods selon 11 critères environnementaux et sociaux : réparation/upcycling, recyclage, made in France, valorisation de savoir-faire/artisanat, engagement social, matières biologiques, traçabilité par technologie blockchain, slow conception ou pré-commande, made in Europe, demi-mesure ou confection personnalisée, et vegan.

Camif acquiert officiellement la qualité de « Société à Mission » 

En 2014, la Camif initiait une démarche RSE et mettait en place un comité de gouvernance qui veille à ce que les engagements pris soient respectés. En 2017, elle inscrivait sa Raison d’Être dans ses statuts. Un an avant la loi PACTE, l’entreprise s’engageait pour la transition écologique et sociale. Aujourd’hui, elle acquiert officiellement la qualité de Société à Mission en ajoutant à ses statuts cinq objectifs sociaux et environnementaux afin de renforcer ses engagements pour la consommation responsable, l’insertion, l’économie circulaire, la santé et les conditions de travail. La Camif est aussi l’un des membres fondateurs de l’association “Communauté des Entreprises à Mission” qui existe depuis 2018 avec l’objectif de transformer les modèles classiques d’entreprises. 

Ikea arrête la vente de piles alcalines 

D’ici 2021, on ne trouvera plus de piles alcalines non rechargeables dans les magasins Ikea. Les piles jetables sont effectivement 30 fois plus polluantes que les piles rechargeables. Le groupe avait vendu l’année dernière 300 000 millions de piles alcalines à travers le monde entier. Si tous les clients d’Ikea cessent d’acheter des piles jetables, cela permettra d’éviter un volume global de 5 000 tonnes par an. Par ailleurs, dans un mois Ikea confirmera sa volonté de préserver l’environnement en présentant ses panneaux solaires. 

WeNow et Fretlink s’allient pour réduire l’empreinte carbone du transport de marchandises

WeNow -greentech permettant à tout conducteur de voiture de réduire les émissions de CO2 de ses trajets ou des les compenser via une application- propose un dispositif en trois étapes qui s’appuie dans un premier temps sur la mesure des émissions, sur la réduction des émissions, et sur une neutralisation via la compensation. Ainsi après avoir mesuré les émissions de carbone en utilisant une méthode de calcul précise, Fretlink proposera des véhicules moins polluants, des itinéraires plus éco-responsables et des formations à l’éco-conduite. Les clients des transporteurs pourront également mettre en place des actions de compensation en contribuant à des projets de reforestation proposés par l’Office National des Forêts. 

Newlight transforme les émissions de gaz à effet de serre en fourchettes et en pailles

La société de biotechnologie Newlight a découvert comment transformer le méthane, un puissant gaz à effet de serre, en un nouveau matériau proche du plastique. Certains micro-organismes océaniques consomment du méthane et du CO2 pour se nourrir et le transforment en un matériau solide. Après plusieurs années de recherche et de développement de cette technologie appelée AirCarbon, les premiers objets sont commercialisés : des fourchettes et des pailles. Ce matériau très prometteur pourrait permettre de résoudre le problème majeur du plastique dans les océans. 

11,5 millions

C’est le nombre de travailleurs du secteur des énergies renouvelables à travers le monde

Sophia Djitli
Rédactrice. Diplômée de l’Ehess en gender studies et de Paris 8 en digital studies, Sophia est passionnée par le contemporain, elle a soutenu plusieurs artistes dans des missions de communication et de production.

Dernières publications

Votre entreprise s’engage ? Faites-le savoir !

The Good et INfluencia ont lancé le Grand Prix de la Good Économie pour valoriser et récompenser les entreprises et les marques qui s’engagent dans une transformation écologique, sociale et solidaire pour le bien commun. C’est le cas de votre entreprise ? Voici pourquoi et comment candidater.

Trees Everywhere

Un milliard d’arbres plantés ! C’est l’objectif ambitieux que se fixe la toute jeune start-up Trees Everywhere. L’Union Européenne s’est fixée pour objectif d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2050. Les entreprises qui...

La Ruche lance son activité de formation

La formation a le vent en poupe en cette rentrée. La Ruche, réseau national d’incubation d’entreprises à impact, a annoncé le lancement de sa 1ère formation à distance pour démocratiser l'entrepreneuriat responsable.

Actualités de la semaine du 13/07

-Franc succès pour l’offre de placement responsable de Mon Petit Placement -Suez et Fermentalg lancent “Carbonworks” -Harmonie Mutuelle a révélé sa raison d’être -Castelain lance une bière solidaire chez Auchan -Les Green Solutions Awards 2020-21 révèlent leurs lauréats

Siga ou le pari de faire fléchir les géants de l’agro-industrie

On ne compte plus le nombre d’applications qui prétendent réformer l’industrie agroalimentaire par un simple coup de scan à la méthodologie incertaine. Face à ce constat, la plateforme Siga élabore son propre indice d’évaluation de la transformation des produits, une première en France qui pourrait bien transformer les pratiques du secteur.